dilluns, 17 de febrer de 2014

Muriel Barbery (2006), L'élégance du Hérisson. Paris: Gallimard

Pieter Claesz, Natura morta. 1633
Henry Purcell, Mort de Dido 

La beauté esthétique et intellectuelle donne sens à la vie et elle nous arrive en moments d'illumination qui ont le pouvoir de ralentir et dilater le temps.


"La camélia sur la mouse du temple, le violet des monts de Kioto, une tasse de porcelaine bleue, cette éclosion de la beauté pure au coeur des passions éphémères, n'est-ce pas ce à quoi nous aspirons tous? (...) La contemplation de l'éternité dans le mouvement même de la vie." P. 105.

Plus encore, éduquer c'est:

"...proposer inlassablement des camélias sur mousse comme dérivatifs à la pulsion de l'espèce, parce qu'elle ne cesse jamais a menace continuellement le fragile équilibre de la survie." P. 112.

Parce que:

"La vraie nouveauté, c'est ce qui ne vieillit pas, malgré le temps." P. 105-


Nature, art et amour ou amitié sont, comme chez les classiques, les fontaines de la beauté et du bonheur. On se pâme également devant le haka des joueurs de rugby, une nature morte de  Pieter Claesz, la Mort de Didon de Purcel , les films d'Ozu ou le chant fraternel d'une chorale.


Mais on cache ces plaisirs secrets à qui ne peut ou ne veut pas les comprendre, comme Renée qui a:

"l'élégance du hérisson: à l'extérieur, elle est bardée de piquants, une vraie forteresse, mais j'ai l'intuition qu'à l'intérieur, elle est aussi simplement raffinée, que les hérissons..."

La jeune et intelligente Paloma à aussi cette élégance et enfin encontre, peut-être, sa vocation:

"J'ai cru comprendre que, pour me soigner, il fallait que je soigne les autres, enfin les outres "soignables", ceux qui peuvent être sauvés, au lieu de me morfondre de ne pas pouvoir sauver les autres. Alors quoi, je devrais devenir toubib? O bien écrivain? C'est un peu pareil, non?" P. 318.

C'est comme le Petit Prince qui parlait d'apprivoiser. Bien sûr, la littérature et l'amitié ont ces pouvoirs.

Je crois que Paloma peut seulement  devenir écrivaine parce que elle croit que: "...la grammaire, c'est une voie d'accès à la beauté." (P. 168) et que la littérature est comme: "une TV dans laquelle on regarde pour activer ses neurones miroirs et se donner à peu de fois les frissons de l'actions (...) une TV qui nous montre tout ce qu'on rate..." P. 108

Voilà ce qui est ce roman! 

Il a aussi l'élégance du hérisson.